Le muguet

Cloches naïves du muguet,
Carillonnez ! car voici Mai !

Sous une averse de lumière,
Les arbres chantent au verger,muguet
Et les graines du potager
Sortent en riant de la terre.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

Les yeux brillants, l’âme légère,
Les fillettes s’en vont au bois
Rejoindre les fées qui, déjà,
Dansent en rond sur la bruyère.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

Maurice CARÊME (1899-1978)

Pâques

Un très joli acrostiche pour de Joyeuses Pâques

paques_cloches

Le voyage des cloches à Rome gravure de Granville

Joie et nervosité dans l’attente de leur retour de Rome.

Observant le ciel, tendant l’oreille pour ne pas les rater.

être bientôt, le jour J tant attendu, l’impatience nous gagne,

Et nos papilles frétillent à l’idée de savourer ces chocolats.

Une fête pour les gourmands, petits et grands.

Ses cloches gastronomes et quelque peu coquines qui,

En arrivant dans nos maisons, cachent de nombreuses douceurs

Savoureuses et sucrées, propres à attiser notre curiosité et notre impatience.

 

Poules, oeufs, lapins et autres cloches en chocolat,

Attendant d’être découverts par des gastronomes aux yeux émerveillés.

Quelle douce récompense que de les trouver enfin !

Un jour par an, nous pouvons les dévorer sans remords.

Ensemble partageons, rions, régalons-nous et

Savourons cette fête de Pâques que je te souhaite joyeuse.

Noël

Noël

crècheLe ciel est noir, la terre est blanche ;
– Cloches, carillonnez gaîment ! –
Jésus est né ; – la Vierge penche
Sur lui son visage charmant.

Pas de courtines festonnées
Pour préserver l’enfant du froid ;
Rien que les toiles d’araignées
Qui pendent des poutres du toit.

Il tremble sur la paille fraîche,
Ce cher petit enfant Jésus,
Et pour l’échauffer dans sa crèche
L’âne et le boeuf soufflent dessus.

La neige au chaume coud ses franges,
Mais sur le toit s’ouvre le ciel
Et, tout en blanc, le choeur des anges
Chante aux bergers :  » Noël ! Noël !  »

Théophile Gautier

Waterloo !

Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! morne plaine !

D’un côté c’est l’Europe et de l’autre la France.
Choc sanglant ! des héros Dieu trompait l’espérance ;
waterloo Tu désertais, victoire, et le sort était las.
O Waterloo ! je pleure et je m’arrête, hélas !

Sous les sabres prussiens, ces vétérans, ô deuil !
Tremblaient, hurlaient, pleuraient, couraient ! – En un clin d’œil,
Comme s’envole au vent une paille enflammée,
S’évanouit ce bruit qui fut la grande armée,
Et cette plaine, hélas, où l’on rêve aujourd’hui,
Vit fuir ceux devant qui l’univers avait fui !
Quarante ans sont passés, et ce coin de la terre,
Waterloo, ce plateau funèbre et solitaire,
Ce champ sinistre où Dieu mêla tant de néants,
Tremble encor d’avoir vu la fuite des géants !

(Victor Hugo)

 

crédit image

Création de frise chronologique

 

Créez, générez et imprimez gratuitement vos frises chronologiques.

  • Créer des frises générales (de -5000 à nos jours) avec ou sans césures, contemporaines (périodes après JC), horaires (dates précises en heure:minute) ou géologiques (en millions ou milliards d’années) avec ou sans césures
  • Générez-les en pdf, image, Excel, Open Office ou en 3D (webGL)
  • Sauvegardez votre frise pour pouvoir la recharger et la modifier ultérieurement
  • Grand choix d’objets à votre disposition : période (texte intérieur ou extérieur, en bande horizontale), événements (avec ou sans image, en bande horizontale), image seule, zone de texte libre, cadre de regroupement
  • Tous les objets sont personnalisables : couleur du texte, du fond et du cadre, la taille, le style et la position des textes, format des dates, format des pages (A4 ou A3)
  • Nouveau : une bibliothèque d’événements est à votre disposition pour compléter votre frise (2462 éléments de -1000 à 2013). Elle contient des événements historiques ainsi que la naissance et la mort de personnages célèbres

avec un petit mode d’emploi ici

 

Printemps

842736008Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

Victor Hugo, Toute la lyre

Peinture de Michel De Ruyck-artiste peintre