Base de données des militaires décédés au cours de la Guerre de Corée

La base de données des militaires décédés au cours de la Guerre de Corée (1950-1953) a été constituée par la saisie et l’indexation d’un fichier établi par le ministère des Anciens combattants au lendemain de ce conflit. Comme pour tous les militaires engagés par la France dans cette guerre, il s’agissait de volontaires intégrés au Bataillon Français de l’ONU (BF/ONU). 19 sud-coréens intégrés à la 2ecompagnie du bataillon, sont également présents.
Ce fichier est actuellement conservé par le Service historique de la Défense, Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains (PAVCC).
La mention « Mort pour la France » est accordée suivant certaines conditions, en vertu des articles L488 à L492bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre.

Archive des camps de Bram, Couiza-Montazels et Montolieu (11)

Les archives des camps de Bram, Couiza-Montazels et Montolieu dans l’Aude ont été numérisées et seront prochainement consultables sur le portail des archives départementales. Il s’agit des listes nominatives et les fiches individuelles des réfugiés internés, ainsi que des fonds privés que ceux-ci leur ont donné ou déposé. Comme tous les départements limitrophes de la frontière espagnole, l’Aude a connu entre janvier et février 1939 l’arrivée massive de réfugiés fuyant la guerre et le franquisme. 

Après les Archives des Pyrénées-Orientales, les Archives départementales de l’Aude vous proposent donc des outils et des ressources pour poursuivre, au-delà des temps de commémoration, le travail de mémoire entrepris autour de la Retirada et de l’exil des Républicains espagnols.

A partir du mois de janvier 1939, plus de 450.000 Espagnols, hommes, femmes et enfants, franchissent la frontière dans le froid, la pluie et la neige, fuyant le fascisme et la guerre civile qui déchire leur pays depuis l’été 1936, pour venir trouver refuge en France. Ils y sont internés dans des camps de fortune, organisés à la hâte par les pouvoirs publics français.

Archives du Gers (32)

Le portail des archives du Gers continue à enrichir sa partie état civil. En effet, les registres des communes des arrondissements de Condom et de Lectoure produits entre 1792 et 1842 viennent d’être publiés, toujours en collaboration avec l’association FamilySearch.

Actuellement, les généalogistes peuvent donc accéder à l’état civil 1792-1912 des communes de quatre arrondissements sur les cinq que compte le département. Seul manque à l’appel l’état civil des communes de l’arrondissement de Mirande (1792-1842), qui devrait être publié d’ici le printemps 2021. Sont également en ligne les tables décennales de la période comprise entre 1792 et 1932, qui répertorient, par période de dix ans, l’ensemble des actes de naissance, de mariage et de décès des différentes communes gersoises.

Les opérations de numérisation et de mise en ligne de ressources généalogiques ne s’achèveront pas pour autant. Elles se poursuivront avec le traitement déjà amorcé de plusieurs autres ensembles qui seront progressivement accessibles d’ici fin 2022.

Il s’agit notamment des registres paroissiaux de la fin du XVIe siècle jusqu’à 1791, très attendus par les généalogistes, des recensements de population entre 1836 et 1856, qui compléteront la série 1861-1911 déjà publiée et enfin, les tables de successions et d’absences entre 1860 et 1968. Au moins dans le Gers, voilà une bonne nouvelle pour les chercheurs d’ancêtres !

Les mariages parisiens reconstitués (75)

À peine plus d’un mois après l’arrivée des actes de naissances, les mariages reconstitués de la capitale viennent d’être mis en ligne sur le site des Archives de Paris.

Ces mariages représentent environ 18 % des 2,6 millions d’actes reconstitués (8 millions au total ont été détruits) et, surtout, ils apportent des informations qui dépassent le cadre habituel. En effet, ces actes sont souvent reconstitués à partir de mariages religieux, de contrats de mariage, d’actes de notoriété ou d’autres actes notariés et fournissent donc des détails complémentaires à ce que nous trouvons dans l’état civil classique. On va par exemple découvrir la paroisse où la bénédiction nuptiale a été donnée ou le nom et le lieu d’exercice du notaire qui a reçu l’acte, ce qui permet de prolonger la recherche et de glaner de nouvelles informations. Parfois même une copie des actes de naissance des conjoints est annexée à leur mariage.

Pour retrouver ces mariages reconstitués et les pièces qui ont servi à les rétablir, vous devez connaître la date des actes puisque ceux-ci sont rassemblés par tranches chronologiques. Si vous ne la connaissez pas, commencez par rechercher la trace de chaque acte dans les fiches récapitulatives synthétiques sur le même site des Archives de Paris. Elles sont classées, pour leur part, par ordre alphabétique. Attention, répétons que tous les actes n’ont pas été reconstitués et des auteurs anciens, généalogistes du XIXe siècle par exemple, peuvent indiquer dans leurs travaux une référence collectée avant l’incendie de 1871 qui ne figure plus dans la reconstitution…

Lorsque vous retrouvez un acte reconstitué, n’oubliez pas de feuilleter les documents qui le précèdent ou le suivent immédiatement car les pièces ayant servi à la reconstitution peuvent être plurielles. En effet, pour environ 470 000 mariages reconstitués, près d’un million d’images sont disponibles.

La numérisation de ces documents qui arrivent sur le site des Archives de Paris a été réalisée il y a plusieurs mois par les mormons et ces actes étaient déjà consultables sur le site FamilySearch. Mais les « lots » d’images y étaient volumineux, souvent faits de plusieurs milliers de vues. Il était donc long et fastidieux de retrouver ce que l’on cherchait. La valeur ajoutée de cette nouvelle diffusion est la division des vues en petits lots de quelques dizaines de pages au maximum, dans lesquels il est facile de se repérer.

Bonne nouvelle également : les actes de décès viendront compléter cette trilogie dans le courant de l’année.

Archives du Nord (59)

Le nouveau site du Nord est une vraie étoile dans le firmament des Archives départementales en ligne. La précédente version avait beaucoup vieilli et le portail 2021 est aussi splendide qu’efficace. La présentation a été entièrement revue, ainsi que l’ergonomie et, bien sûr, la visionneuse ne nécessite plus le défunt Flash Player.

Cette nouvelle version est développée par la société Naoned sur la base de son logiciel Mnesys qui fait déjà notamment les beaux jours des sites des Archives départementales du Calvados, de la Drôme, de la Marne, du Rhône, du Territoire de Belfort, de l’Essonne et encore de celles de la ville de Saint-Nazaire ou de la métropole de Lyon.

Sur la page d’accueil s’impose le bâtiment des Archives, inauguré en 2014 et reconnu à l’époque pour être le premier bâtiment d’archives à énergie positive. Ce sont des fragments de son architecture qui servent d’éléments graphiques dans ce nouveau site comme pour le bandeau supérieur, par exemple.

La navigation s’effectue via le menu placé en haut de l’écran et deux rubriques retiennent particulièrement l’attention du généalogiste internaute : « Consulter » et « Rechercher ». La première donne un accès direct aux collections numérisées :

  • Tables décennales ;
  • Registres paroissiaux et d’état civil ;
  • Matricules militaires ;
  • Recensement 1906 ;
  • Cadastre ;
  • Tables de successions et absences.

Il faudra un peu de temps pour que toutes les collections numérisées trouvent leur place sur ce portail car leur transfert est en cours et vous ne pourrez y accéder qu’au fur et à mesure de leur traitement. La fin de l’opération de transfert est prévue dans le mois de février.

À ce jour, sont déjà disponibles :

  • Les registres paroissiaux et d’état civil des sous-séries 1Mi, 2Mi et 1MiEC (les 5Mi et 3E sont en cours de traitement et mises en ligne au fur et à mesure, dans l’ordre des cotes) ;
  • Le recensement de 1906 ;
  • Les tables de successions et absences ;
  • Les plans du cadastre.

Archives de la Somme (80)

Parmi les collections en ligne, on compte 4 millions de médias (images fixes, images animées, images stéréoscopiques, bandes sons et autres documents) et 250 000 inventaires ou notices descriptives. Pour les généalogistes, les fonds sont très riches :

Archives de l’Allier (03)

Adobe bloque définitivement tous les contenus Flash. C’est donc une belle surprise que les Archives départementales de l’Allier font aux généalogistes qui cherchent leurs ancêtres en Bourbonnais en inaugurant leur nouveau site.

En haut de la page d’accueil, un bandeau sert de sommaire, on le retrouve d’ailleurs sur toutes les pages du site à l’exception de la visionneuse. Chacun de ses onglets est un menu déroulant qui donne accès immédiatement à ce que l’on cherche. Les généalogistes seront plus particulièrement attirés par celui nommé « Archives numérisées » qui contient cinq catégories :

  • Généalogie, histoire des familles : registres paroissiaux et d’état civil, recensements de 1836 à 1936, tables et registres matricules militaires et dossiers généalogiques « Des Gozis » ;
  • Cartes, plans, documents figurés : plans du cadastre napoléonien et plans de la ville de Moulins au XVIIIe siècle ;
  • Presse : plus de 50 titres de presse accessibles en version numérisée ;
  • Ouvrages de bibliothèque : sont consultables actuellement l’« Armorial du Bourbonnais » de Georges de Soultrait, et « L’Ancien Bourbonnais » d’Achille Allier ;
  • Autres documents en ligne : état sommaire de la généralité de Moulins et sommier des fiefs de la généralité de Moulins.

Et les Archives départementales de l’Allier ne se contentent pas d’améliorer le contenant puisqu’elles augmentent également le contenu avec l’état civil de trois grandes villes du département, Moulins, Montluçon et Vichy, prolongé jusqu’en 1920 pour les naissances, mariages et décès. Deux autres nouvelles rubriques sont annoncées : l’une dédiée aux cartes postales anciennes des communes du département, l’autre, entièrement revue, sera consacrée aux inventaires.

Encyclopédie de Diderot, d’Alembert et Jaucourt

Pas moins de 6 années auront été nécessaires pour un travail de conservation et de collaboration sans précédent : l’Encyclopédie de Diderot, d’Alembert et Jaucourt est désormais disponible en ligne sur le site de l’Académie des Sciences, pour la première fois enrichie d’un appareil critique inédit. Une exposition à la bibliothèque Mazarine met en regard édition originale et édition numérique.

Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie
ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772)

Ardennes (08) : Tables alphabétiques des répertoires des hypothèques

Tables alphabétiques des répertoires des hypothèques

Page de garde

Les registres de transcriptions hypothécaires vous permettent de retrouver une copie des actes notariés transférant la propriété d’un immeuble, entre 1799 et 1955 (attention, des lacunes existent). Cette recherche s’effectue en trois étapes de consultation : des tables alphabétiques renvoient à des registres de formalités qui renvoient à des registres des transcriptions.

Pour faciliter vos recherches en salle de lecture des Archives départementales, vous avez ici accès aux tables alphabétiques, première étape de la recherche. Pour un nom donné, deux numéros vous seront donnés : un numéro de volume (correspondant au registre) et un numéro de case (correspondant à une page). Ces informations collectées, votre venue en salle vous permettra de consulter le registre de formalités correspondant.

La recherche en ligne s’effectue par conservation des hypothèques, avec pour ressort géographique l’arrondissement. Attention donc pour l’arrondissement de Rocroi, qui ne couvre pas toute la période ; la conservation des hypothèques de Rocroi a été rattachée à Charleville.

Un portail provisoire pour le Service Historique de la Défense

Le portail du Service historique de la Défense (SHD) est temporairement fermé depuis le 3 juillet « pour des raisons techniques ». Cette fermeture va durer trois mois, puisque le lancement d’un nouveau portail est annoncé pour ce mois d’octobre 2019. Attention, il s’agit bien de la fermeture du site Internet du SHD et non des différentes salles de lecture d’archives et bibliothèques (Vincennes, Cherbourg, Rennes, etc.) qui restent ouvertes au moins partiellement cet été.

Ce nouveau portail sera doté de nouveaux contenus et fonctionnalités, sans que l’on en sache plus à l’heure actuelle. Il sera aussi sans doute plus sécurisé, car ce n’est un secret pour personne, l’ensemble des sites de la Défense font l’objet d’attaques régulières, le site du SHD a dû fermer à de nombreuses reprises, suite à ces attaques informatiques.

En attendant, le portail est remplacé par un site provisoire, en réalité une page dédiée directement sur le site du Ministère des Armées dans la rubrique Mémoire. Cette page résume les informations pratiques, elle permet aussi quelques actions comme formuler des demandes d’inscription pour les lecteurs, et même de réserver des documents et sa place en salle de lecture.