L’hospice des enfants assistés

Qui n’a pas dans sa famille, un enfant abandonné, ici, nous sommes à Paris, dans celui le plus connu

En 1942, l’hospice des Enfants-Assistés prend le nom de celui qui inspira l’œœuvre d’assistance à l’enfance abandonnée : Vincent de Paul.

 

enfant.jpg

La salle des enfants trouvés à l’hôpital Cochin (gravure du 19e siècle, Paris) http://dinosoria.com/assistance_publique.htm

L’hospice des Enfants-Assistés, dénomination qui désigne par euphémisme les Enfants-Trouvés, est établi rue d’Enfer, n°100, dans les anciens bâtiments édifiés en 1655 par la générosité de Gaston duc d’Orléans, pour la congrégation des prêtres de l’Oratoire ou Oratoriens. L’église en fut bénite en 1657, sous le vocable de la Présentation au Temple. Pendant longtemps, le soin de recueillir et d’élever les malheureux enfants abandonnés, et particulièrement les nouveau-nés exposés sans défense aux injures de l’air, appartint, comme la plus touchante prérogative de la charité chrétienne, à l’évêque de Paris. Il y avait, dans la cathédrale, un bois de lit scellé dans le pavé, sur lequel, aux jours de bonnes fêtes, on exposait quelques enfants, afin d’exciter la charité du peuple ; auprès du lit on plaçait deux ou trois nourrices et un bassin pour recevoir les aumônes.

Cette charité, un peu primitive, ne prévenait pas les abus ; les servantes de la dame veuve se lassaient quelquefois de soigner des enfants qui ne les intéressaient pas, s’en débarrassaient en les vendant, et l’on raconte qu’au port Saint-Landry les enfants valaient vingt sols la pièce. Les survivants allaient grossir le nombre des vagabonds, des mendiants et des voleurs. Tel était le scandaleux état de choses dont saint Vincent de Paul se fit le réformateur en fondant l’an 1638, près de la porte Saint-Victor, un hospice pour les enfants trouvés, dirigé par des dames de charité. En 1641, Louis XIII lui assura 4,000 livres de rentes, portées à 12,000 en 1644.

Ils furent successivement transférés au château de Bicêtre, dans une maison près de Saint-Lazare, puis dans un vaste bâtiment au parvis Notre-Dame. En 1676, la reine Marie-Thérèse posa la première pierre, dans le faubourg Saint-Antoine, d’un hospice pour les enfants trouvés, qui devint la maison principale, ayant pour succursale celle du Parvis Notre-Dame. En 1802, le Premier Consul réunit les deux établissements et les transféra dans les bâtiments de l’Oratoire, qu’ils n’ont plus quittés.

L’organisation actuelle des Enfants-Assistés admet, depuis le premier jour de leur naissance jusqu’à leur douzième année, les enfants trouvés ou abandonnés et les orphelins pauvres. Aussitôt après leur réception, ces enfants sont envoyés à la campagne, les nouveau-nés confiés à des nourrices, les plus âgés placés chez des artisans ou des cultivateurs. L’hospice reçoit aussi en dépôt les enfants des personnes admises comme malades dans les hôpitaux, ou abandonnés par suite de l’arrestation ou de la condamnation de leurs parents lorsqu’il s’agit de peines d’une courte durée. Bien que le nombre des enfants de ces dernières catégories récoltés annuellement oscille au-dessus ou au-dessous du chiffre moyen de 4,000, 542 lits suffisent à l’hospice de la rue d’Enfer, dirigé par l’administration de l’Assistance publique.

L’hospice des Enfants-Assistés renferme au XIXe siècle l’ancienne direction municipale des nourrices qu’on a supprimée ; les nourrices destinées aux enfants secourus y occupent quatre cent cinquante-sept lits et quatre-vingt-cinq berceaux. La dépense annuelle de cet établissement si utile dépasse deux millions et demi de francs.

Un peu plus haut, sous le n° 92, s’ouvre la grille, laissant voir un joli jardin, de l’Infirmerie Marie-Thérèse, ainsi nommée en l’honneur de la Dauphine, Mme la duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI, par M. et Mme de Chateaubriand, qui habitèrent cette propriété de 1826 à 1829 ; ils y créèrent, sous le nom modeste d’Infirmerie, un refuge destiné à préserver les personnes tombées d’un rang assez élevé des atteintes trop rudes de la misère. Depuis 1838, l’archevêché, qui avait la haute main sur l’Infirmerie Marie-Thérèse, a réservé les trente-deux lits qu’elle renferme pour de vieux prêtres accablés d’infirmités.

L’ancienne propriété de M. et Mme de Chateaubriand a été morcelée par la charité ; tandis que l’Infirmerie occupe la plus grande partie de l’ancien jardin, la partie méridionale, qu’habitait l’auteur du Génie du Christianisme, abrite l’Institution des jeunes filles aveugles, dirigée par les sœurs de Saint-Paul, l’une des œœuvres les plus intéressantes et les plus utiles de Paris. Soixante sœurs clairvoyantes y prennent soin de soixante pensionnaires, sœoeurs ou novices aveugles. Chaque aveugle est sous la direction matérielle et spirituelle d’une clairvoyante, qui devient non seulement sa soeœur, mais sa véritable mère. La modeste chapelle, qui ne s’ouvre qu’aux jours solennels d’une prise de voile, réserve aux étrangers une travée particulière, qui n’est autre que l’ancien salon de Mme de Chateaubriand.

En face des Enfants-Assistés, de hautes murailles abritent le couvent du Bon-Pasteur, administré par les Dames hospitalières de Saint-Thomas de Villeneuve, et qui reçoit des filles pénitentes. Les Filles du Bon-Pasteur doivent leur fondation à Marie-Madeleine de Ciz, veuve d’Adrien de Combé, qui reçut de Louis XIV en 1688 une maison rue du Cherche-Midi, confisquée sur un protestant. Cette maison, agrandie d’une acquisition mitoyenne, fut déclarée bien national en 1790 et affectée ultérieurement à la Manutention des vivres de l’armée ; elle est devenue la prison militaire de l’armée de Paris. En 1819, la ville de Paris a facilité la réorganisation du Bon-Pasteur, en lui achetant la maison de la rue d’Enfer.

http://www.paris-pittoresque.com/monuments/34.htm

Initiée par saint Vincent de Paul, l’assistance aux enfants trouvés et aux orphelins est assurée sous l’Ancien Régime par plusieurs établissements hospitaliers qui fusionnent en 1838 pour prendre le nom, vers le milieu du XIXe siècle, de Service des enfants assistés, cependant que les populations enfantines secourues se diversifient (enfants  » en dépôt  » et, à partir de 1881, enfants  » moralement abandonnés.

Pour retrouver la trace d’un enfant « assisté », il faut partir de répertoires librement consultables, pour la plupart sur microfilm, qui révèlent le numéro d’immatriculation de l’enfant recherché ; elle se poursuit avec les registres chronologiques et les dossiers individuels d’admission. Elle peut encore se prolonger grâce aux documents relatifs aux placements en pension, en apprentissage ou en province (bordereaux des meneurs, dossiers individuels des agences de placement).
Pour les enfants nés depuis moins de 150 ans, la présence de documents médicaux dans les dossiers individuels conditionne la consultation à la délivrance d’une dérogation.

Origine des documents : Hôpital des enfants trouvés, Assistance publique Service des enfants assistés

Dates des documents : 1639 – 1914

Répertoires alphabétiques des admissions 1743-1914
Classement par année d’admission puis dans l’ordre alphabétique
Communicables
Consultables en partie sur microfilms et partiellement en originaux
Cotes : 2Mi2 1 à 34, 37, 49 à 62 ; EA 1200 à 1202 et 1256 à 1259
Référence de l’instrument de recherche (usuels de la salle de lecture) : I.8.1.

 Registres chronologiques des admissions 1689 – 1914
Communicables
Consultables partiellement en originaux, à la présidence de la salle de lecture, et, en partie, sur microfilms (années 1849 et 1851)
Cotes : EA 35bis à 325, 366 à 443, 528 à 601, 673, 1100 à 1112, 1165, 1167 à 1195, 1230 à 1255, 2784 à 2803, 4658 à 4704, 4724 à 4797, 4868 à 4872, 4874 à 4896, 4902-4907, 4915 à 4918 et 4920 à 4922 ; 2Mi2 38 et 39
Référence de l’instrument de recherche (usuels de la salle de lecture) : I.8.1.

 Dossiers individuels d’admission 1639 – 1914 (dates d’admission)
Classement dans l’ordre numérique croissant des matricules
Communicables sauf mentions à caractère médical : en ce cas, communicables 150 ans après la date de naissance de l’intéressé
Consultables en originaux à la présidence de la salle de lecture
Cotes : EA 1310 à 2359, 2382 à 2453, 2454 à 2462, 2464 à 2502, 2552 à 2641, 2648 à 2783, 2985 à 4401, 4435 à 4519, 4520 à 4616
Référence de l’instrument de recherche (usuels de la salle de lecture) : I.8.1.

 Répertoires et registres de catholicité de l’hospice des enfants trouvés / assistés 1738 – 1911
Classement dans l’ordre chronologique
Communicables
Consultables partiellement en originaux et en partie sur microfilms (années 1859 et 1860)
Cotes : EA 969 à 1076, 1197 à 1199, 1271, 2821 à 2842 ; 2Mi2 45
Référence de l’instrument de recherche (usuels de la salle de lecture) : I.8.1.

Bordereaux des meneurs 1783-1818
Classement dans l’ordre chronologique des placements
Communicables
Consultables en originaux
Cotes : EA 678 à 700, 702

Envois à la campagne  1820 – 1914
Classement par année puis par agence de placement
Communicables
Consultables en originaux
Cotes : EA 705 à 736, 1077 à 1099, 2812 à 2820
Référence de l’instrument de recherche (usuels de la salle de lecture) : I.8.1.

Dossiers individuels de placement  1820 – 1919 (dates d’admission)
 Classement dans l’ordre numérique croissant des matricules
Communicables sauf mentions à caractère médical : en ce cas, communicables 150 ans après la date de naissance de  l’intéressé
Consultables en originaux à la présidence de la salle de lecture
Cotes : EA 4402 à 4435 ; D.6X4
Référence de l’instrument de recherche (usuels de la salle de lecture) : I.8.2.

Nota : la série documentaire comprend actuellement des dossiers d’enfants placés dans les départements de l’Allier (Bourbon-Lancy), d’Ille-et-Vilaine (agences de Dol-de-Bretagne et de Rennes), du Pas-de-Calais (agences d’Arras et de Montreuil-sur-Mer), de Saône-et-Loire (agence de Chalon-sur-Saône), de la Sarthe (agence d’Ecommoy) et de la Somme (agence d’Abbeville). La date de fin de ces dossiers correspond à la dernière date d’admission conservée aux Archives de Paris (1919) à laquelle il convient d’ajouter 21 ans, âge de la majorité des enfants secourus, soit 1940. C’est à leur majorité en effet que le service des enfants assistés clôture le dossier de placement des enfants assistés.

sources venant du site : http://www.paris.fr/portail/

 

14 thoughts on “L’hospice des enfants assistés

  1. je viens par ce biais vous demander comment se procurer son dossier de placement . j’ai ete placeée à st vincent de paul assistance publique denfert rochereau en 1952 par jugement pour être placer dans une famille dans le morvan , que je rends visite régulierement. j’ai été retirer pour me redonner a ma mère le 24 01 1957. ensuite encore replacée a l’horphelinat de montreuil sur mer , puis dans l’eure,puis au bon pasteur arras. comment se procurer mon dossier de paris ?? 1952 sous le nom de GUITTARD maryse, georgette jacqueline née le 12 juillet 1950 paris 20e incrite à la DASS sous le numéro ( 269631 ) je vous remerci BENARD MARYSE.

  2. Bonjour,

    Avez vous essayé de contacter :

    l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP)
    Service des archives
    7 rue des Minimes
    75003 Paris

    Mais autrement comme c’est contemporain, peut être le siège, mais essayez la 1ère adresse, ils vous guideront sûrement…

  3. Ma Grand-Mère , née à Paris et abandonnée , a été confiée à l’Agence de Rennes vers 1886 avec le matricule 83380 .
    Comment me procurer son dossier de placement ?
    Merci de votre aimable attention
    A. Lestienne

  4. Bonjour,

    Connaissez vous le nom de cette agence, peut être existe-t-elle encore ? ? ? Où autrement ces archives sont déposées aux archives de Rennes.

    Bien @micalement, Brin de feuille

  5. Bonjour,

    Pour tous les abandons, mis en placement etc sur la Ville de Paris, n’hésitez pas à me contacter directement par le biais du formulaire « contactez-nous »…

    Une réponse vous sera faite, le plus rapidement possible,

    Merci par avance

    Feuille

  6. bonjour
    je suis a la recherche du dossier de placement de ma grand mere
    enfant trouvé en fevrier 1843 a l’age de 17 mois a paris 75
    elle figure au registre des entrées des enfants malades (590 M )
    cordialament

  7. Bonjour
    Je suis à la recherche de renseignements concernant mon ancêtre, abandonnée à l’hospice de DAX (Landes) en 1820 et a qui on a donné le nom de GERDIN et le prénom de Bonose
    Je souhaiterai également connaître la signification du nom GERDIN
    Par avance, merci de m’apporter une réponse à ce mail
    Sincères salutations

  8. bonjour
    Saint Vincent Paul a Paris et fermé pouvez vous me dire ou sont transferees les fonds d’archives de cet hôpital pour 1937merci

  9. bonjour,

    Vous pouvez regarder sur le site des archives http://archives.aphp.fr/

    Le service des archives de l’AP-HP a pour vocation d’assurer la conservation, la valorisation et la communication des archives historiques de l’AP-HP. Qu’elles soient médicales ou administratives, anciennes ou contemporaines, écrites ou iconographiques, les archives témoignent de l’activité de l’ensemble des établissements de l’AP-HP et de son administration, du XIIe siècle à nos jours

    Si vous ne trouvez pas satisfaction, vous pouvez remplir le formulaire, ci joint

    http://archives.aphp.fr/commande-par-correspondance/

    En espérant que cela réponde à votre question et que vous trouviez une réponse à votre interrogation,

    Bien @micalement, Feuille

  10. Mon père décédé en 2016 était pupille de l’état sous le matricule 6193 admis le 10 février 1931à Arras. J’aimerai obtenir son dossier d’abandon. Ou dois je m’adresser? Merci de votre aide

  11. Bonjour
    Je voudrai savoir ce qu’est devenue une fratrie placée comme Enfants Assistés à l ‘Assistance Publique de Paris puis envoyée à Montreuil sur Mer
    Est il possible de savoir ce qu’ils sont devnenus à Montreuil ,sont ils restés jusqu’à la majorité ,ont ils été adoptés , ou bien envoyé ailleurs ?où puis je me renseigner ?
    Il s’agit de :
    Pierre Charles Guichoux né le 13 Décembre 1853 à Paris n°429 sur registre Enft Assistés
    Auguste Louis Guichoux né le 10 Octobre 1856 Paris 12ème n° 430 D5X456
    Robert Armand Guichoux né le 1er Avril 1859 Paris 12ème n°431
    Auguste Louis est mon arrière grand-père paternel
    Je vous remercie si vous pouvez m ‘aider dans mes recherches
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Powered by Brin de Feuille