Médaillés militaires de 1852 à 1870

Les médaillés militaires

Les fonds dont est tirée cette base de données sont au nombre de trois :

  • les listes publiées par le Moniteur Universel de 1852 à 1870
  • les dossiers de Légion d’honneur
  • diverses informations collectées dans les dépôts d’archives de Paris et les archives nationales.

Le Moniteur universel, principale source de ces renseignements, est un journal français fondé à Paris en 1789 par Charles-Joseph Panckouke, sous le nom de Gazette Nationale, “moniteur universel” n’étant que le sous-titre, qui en deviendra le nom définitif en 1811, sous Napoléon. Le journal durera plus d’un siècle, et disparaîtra en 1901.

Le Moniteur, d’abord un journal de propagande pour le gouvernement, devint rapidement son organe officiel, et c’est tout naturellement que les actes publics y furent consignés. Il se transforma peu à peu, jusqu’à devenir le “Journal officiel de l’Empire français”, à partir de 1869.

les archives du magazine Cols bleus

Avant tout destiné aux unités à terre ou embarquées, « ce journal d’information et de cohésion des marins, des anciens marins, des futurs marins et des amis des marins » est également vendu sur abonnement et même distribué en kiosque. Cols Bleus fête cette année ses 70 ans. Pour l’occasion, il met en ligne ses archives à destination de tous, chercheurs, anciens marins, passionnés de la Marine et cela gratuitement.

La lecture des vieux numéros de Cols Bleus permet de revivre l’histoire de la Marine au travers de cet instrument de communication, devenu de plus en plus sophistiqué au fil des ans. Autrefois hebdomadaire, passé bimensuel en 2010, ce magazine de 50 pages, imprimé à plus 20.000 exemplaires est aujourd’hui mensuel et laisse une large place à l’image.

Vous pouvez découvrir l’intégralité des numéros de 1945 à nos jours sur le site Web du magazine. Actuellement, seuls les magazines allant de 1945 à 1967 sont proposés au téléchargement, en fichier PDF (attention, téléchargement lourd, les fichiers pèse environ 200 Mo), avec une recherche par mots clés permettant de retrouver les articles. Les numéros de 1967 à 2010 seront disponibles d’ici quelques mois.

Les origines familiales des pionniers du Québec ancien

Le projet de recherche sur les origines familiales des émigrants français et étrangers établis au Québec est une idée originale de l’historien Yves Landry. Le projet préliminaire a été soumis aux généalogistes français lors du congrès de la Fédération française de généalogie tenu à Besançon en mai 1995.

Le Fichier Origine s’inscrit dans le cadre d’une entente de coopération, signée en mars 1998, renouvelée en mai 2015 entre la Fédération québécoise des sociétés de généalogie et la Fédération française de généalogie.

Lire la suite… »

Annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XXe siècles

l’annuaire de la magistrature du XIXe et du XXe siècle contient la liste de tous les magistrats de France ayant exercé entre 1827 et 1987.

Réalisé par le centre Georges Chevrier, une émanation du CNRS et l’Université de Bourgogne, avec le soutien de la  Mission de recherche Droit et Justice, le site “Annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XXe siècles” présente rien moins que “les carrières et les données d’état civil de l’ensemble de la magistrature française ayant été en fonction de 1827 à 1987.”

Rappelons quels sont les corps de métiers englobés sous le terme de magistrature : répartis en trois catégories (Tribunal de Grande Instance, cour d’appel et cour de cassation), ils peuvent être selon leur niveau (premier grade, second grade ou hors hiérarchie) et selon leur rattachement (Magistrat du siège ou magistrat du parquet) substituts du procureur de la République, procureurs, procureurs généraux, vice-procureurs, procureurs adjoints ou encore avocats généraux ; juges, juges d’instruction, juges des enfants, juges de l’application des peines, juges d’instance, juges placé auprès du premier président de la cour d’appel, vice-présidents, présidents, conseillers, auditeurs, etc.

L’interrogation se fait, au choix, par noms, dates, juridictions (de métropole, Afrique du nord et autres colonies) ou sur critères multiples.

Sources utilisées, limites de l’information et conventions adoptées déterminent le contenu de l’information donnée. Toute correction est à signaler à l’auteur de la base de données.

Archives de la Haute-Corse (2 B)

Les Archives départementales de la Haute-Corse ont procédé à la mise en ligne des registres d´état civil de 1793 à 1902 des communes de Haute-Corse suite à l´opération de numérisation débutée en 2008. La numérisation s´est achevée en 2009 ; ce sont ainsi 797 814 pages qui sont mises à la disposition des chercheurs sur internet.
Il est à noter que les publications de mariage bien qu´indiquées jusqu´en 1920 dans les notices ne sont numérisées pour l´instant que jusqu´en 1902. 

Veuillez consulter l´introduction

Lire la suite… »

Archives communales de Blois (41)

Actes en ligne :

  • Actes paroissiaux : 1527-1792 (hors collection des Archives départementales).
    Les actes des paroisses Saint-Honoré et Saint-Martin seront mis en ligne en 2015.
  • État civil : 1874-1910. Détruit en 1940, l’état civil a été reconstitué (sauf les tables décennales) à partir de 1874 (actes de 1793 à 1873 et tables décennales uniquement aux Archives départementales).
  • Actes de sépulture de l’hôpital général : 1735-1764.

Lire la suite… »

Empreintes landaises

Les archives ici présentées

– extraits de journaux télévisés, magazines, documentaires etc. – sont issues de différentes sources composant les fonds de l’Ina : presse filmée, télévision publique nationale et télévision publique régionale. La majorité d’entre elles proviennent du fonds régional de la délégation Ina-Pyrénées qui regroupe les programmes des radios et télévisions publiques des régions Midi-Pyrénées, Aquitaine et Languedoc Roussillon depuis la RTF jusqu’à France 3 et France Bleue aujourd’hui.

Archives communales de Rennes (35)

Les Archives communales de Rennes

Le fonds ancien, antérieur à 1793, est constitué des archives de la communauté de ville dont les premiers documents remontent au début du XVe siècle et des registres paroissiaux confisqués dans les églises. Si les documents du XVe siècle sont exceptionnellement nombreux et concernent plus particulièrement les travaux de fortification et les relations de la ville avec les ducs de Bretagne, il faut surtout insister sur les importantes collections des délibérations de la communauté (depuis le XVIe siècle) et des comptes de miseurs -ou trésoriers- (depuis 1418). Complétés par les nombreux dossiers relatifs à l’administration et la police de la ville, aux relations de celle-ci avec le pouvoir royal et à son action dans le domaine du commerce et de l’artisanat, les archives anciennes permettent de nombreuses études sur l’histoire de la ville. L’inventaire a été réalisé au XIXe siècle. Lire la suite… »